Vins du Val de Loire (France)

LE PAYS NANTAIS
Les vignobles se situent sur la rive droite de la Loire et s’étendent très loin en Loire-Atlantique, en Vendée et en Maine-et-Loire. Il existe trois régions de muscadet : le muscadet, le muscadet des coteaux-de-loire et le muscadet de sèvre-et-maine. Puis viennent le gros-plant et les vins du coteau d’Ancenis et ceux des Fiefs vendéens. La mise en bouteilles sur lie est une technique traditionnelle des vins de Nantes. Elle consiste à laisser les vins se reposer sur leurs lies durant quatre ou cinq mois après leur fermentation jusqu’à leur embouteillage. Au cours de cette période se développe un phénomène unique : l’autolyse des levures, qui permet aux vins d’acquérir des propriétés organoleptiques originales très intéressantes sur le plan qualitatif.
Tous les gros-plants ainsi que les muscadets issus des appellations régionales : sèvre-et-maine, coteaux de-loire et côtes-de-grandlieu peuvent être élevés selon cette méthode. De fait, la plus grande partie des muscadets et gros-plants est aujourd’hui mise en bouteilles sur lie.
Pour bénéficier de la mention « sur lie », les vins doivent avoir passé un hiver en cuve ou en fût et se trouver encore sur leurs lies de vinification au moment de la mise en bouteilles.
Le vin des coteaux d’Ancenis de cépage malvoisie est une curiosité à découvrir. Quant aux fiefs-vendéens, leur ancienne dénomination fiefs-du-cardinal évoque le temps où ces vins étaient appréciés par Richelieu.
Appellations : coteaux-d’ancenis, fiefs-vendéens, gros-plant, et muscadet.

L’ANJOU ET LE SAUMUROIS
Les vignes d’Anjou ont toujours été cultivées. Après une période d’extension du vignoble au XIXe siècle, le phylloxéra l’anéantit dans sa totalité. Les replantations se développeront au début du XXe siècle avant de se stabiliser à notre époque.
De l’ouest d’Angers à l’est de Saumur, les coteaux qui bordent la Loire et ses affluents offrent des crus de qualité. On y trouve des vins rouges, blancs, rosés, vins légers et charnus, vins secs, demi-secs ou moelleux, vins tranquilles ou pétillants… Cette région de production comprend de nombreuses AOC de petites surfaces.
Appellations : anjou, anjou-gamay, anjou-villages, anjou-coteaux-de-la-loire, bonnezeaux, cabernet-d’anjou, cabernet-de-saumur, coteaux-de-l’aubance, coteauxdu-layon, coteaux-de-saumur, quart-de-chaume, rosé-d’anjou, saumur, saumurchampigny et savennières.

LA TOURAINE
La présence de la vigne en Touraine est antérieure à l’occupation romaine, comme en témoigne le nom celte d’un petit village près de Blois, Vineuil. En Touraine comme dans toute la France, les ecclésiastiques sont à l’origine de l’organisation du vignoble.
Appellations : bourgueil, cheverny, chinon, coteaux-du-loir, coteaux-du-vendômois, cour-cheverny, jasnières, montlouis, saint-nicolas-de-bourgueil, touraine, touraineamboise, azay-le-rideau, touraine-mesland, valençais, vouvray.

LE CENTRE-LOIRE
La vaste région du Centre-Loire regroupe aussi bien les vins de la région d’Orléans que ceux du Berry. Au Moyen Âge, les vins de l’Orléanais eurent leur heure de gloire, ainsi depuis le Xe siècle les cépages sont travaillés pour donner des vins originaux.
Deux appellations sont aujourd’hui connues : le vin rosé de l’Orléanais construit à partir de cépage gris meunier, et les coteaux-du-giennois. Le Berry, depuis l’époque médiévale (Jacques Coeur y possédait des vignes), est resté viticole par tradition. Il regroupe les appellations : châteaumeillant, menetousalon, pouilly, quincy, reuilly et sancerre.

Premium Drupal Themes by Adaptivethemes