Vins du Haut-Adige (Italie)

Cette région se distingue des autres par deux caractéristiques principales. Tout d’abord, même si nous nous trouvons à l’opposé du Val d’Aoste, ce qui a été dit pour ce dernier vaut ici aussi : on peut vraiment parler de viticulture « héroïque » (nous en voulons pour preuve le vignoble de müller thurgau, le plus haut d’Europe), surtout si l’on pense à des sites comme le Val Venosta ou la Vallée Isarco, dont les paysages sont, certes, spectaculaires, mais où la morphologie du terrain n’est pas vraiment propice à la culture de vignes.
Par ailleurs, le Haut-Adige est caractérisé par un nombre élevé de cantine sociali (« caves coopératives »), qui ont toujours misé sur la qualité et qui pourraient être données en exemple à bien des producteurs. Aujourd’hui, ces caves peuvent fournir des vins d’un excellent rapport qualité/prix et assurent à leur production un succès mérité.
Pourtant, ces caves coopératives furent créées précisément parce que la culture de la vigne était ici considérée comme accessoire par rapport aux autres activités, par exemple la production de fruits (les pommes, les pêches…) ou l’élevage du bétail. En fait, la vigne, si exigeante en main-d’oeuvre, semblait peu rentable en comparaison.
De nos jours, on trouve dans cette région de grands vins à base de cépages indigènes tels que le lagrein ou le schiava, mais aussi d’autres, excellents, à base de cépages venant d’ailleurs, qui ont trouvé là un terrain très favorable. Le vignoble s’étend sur 3 500 hectares et donne environ 400 000 hectolitres, tous réunis sous une seule appellation (à deux exceptions près) : alto adige/sudtirol. Dans ce cas aussi, le Haut-Adige a une position de leader en Italie, puisque 98 % de sa production bénéficie d’une DOC.
Premium Drupal Themes by Adaptivethemes